Partners
CONSANAT
CCAN
USAS
Aquatic+Canada+Aquatique
FINA
John Atkinson formerly of UK named Csnadian High Performance Director

 

PRESS RELEASE | COMMUNIQUÉ
For Immediate Release /  Pour diffusion immédiate


New High Performance Director brings proven approach from U.K.

 
OTTAWA –John Atkinson had many highlights in his 12-year career with British Swimming.

Among the memorable perks: sitting with Prince Harry during a morning heat session at the 2012 Paralympics in London. The Prince wasn’t just there for a photo op. Atkinson, who was National Performance Director (Paralympic) for the U.K. team, says he took a keen interest in the team.

“Whether it was the athletes, coaches or staff, he spent time with each one of them. He was an absolute pleasure to have with our team that morning. It was something that the swimmers really did get a lot out of and had a big impact on the team spirit on what we were doing in London,” Atkinson says.

Atkinson’s para-swimmers went on to win 39 medals on home soil. His time at British Swimming also included eight years with the Olympic program, culminating in six medals at the 2008 Olympics in Beijing. Now the 45-year-old native of Chorley, in Lancashire, England, is taking on a new challenge as Swimming Canada’s High Performance Director. He plans to apply the same philosophy he used throughout his time in Britain.

“If we can get people improving we’ll be successful and that will equate to medals,” Atkinson says when asked how he measures success.

Swimming Canada’s Vision 2020 strategic plan makes world-leading performance the top priority for Canada. Canada’s goal is to rank among the top eight medal-producing nations at the 2016 Olympics and Paralympics in Rio de Janeiro and top six in 2020. For Atkinson, it’s all about the process. If everyone is striving to improve, the medals will take care of themselves.

“We know what the targets are. But I wouldn’t go into the team and talk about winning a specific number medals. Of course that’s what we’ll strive to do, but how we get there is not by saying ‘You’re going to win X number of medals’ and create stress,” Atkinson explains. “Whatever a swimmer does this year at trials in Victoria (April 3-6), to me we have to talk to them and their coaches about how we will then improve at World Championships in Barcelona (July 19-Aug. 4). I don’t talk about how we’re going to win any number of medals, I talk about how we can improve. How the team works, acts and responds is important, therefore a goal would be to become the most professional nation at the World Championships and the most professional national team in Canada.”

Swimming Canada Interim CEO Ken Radford is looking forward to having Atkinson on board.

“This is going to be an exciting time for Swimming Canada and we’re keen to have John join our leadership team,” Radford says. “He has a track record as a decisive leader and a reputation for a structured approach and accountability throughout the system. We have every confidence he’ll provide us with solid leadership that will benefit our coaches and athletes as he tackles the challenges ahead.”

“Unfinished desire”
Atkinson swam competitively until age 18 when he took up coaching to pursue “an unfinished desire” to be involved in the sport at the highest levels. His resume includes, among other things, six years working in Australia, and a stop on the Channel Island of Jersey. That’s where he met his wife of 19 years, Victoria, an environmental scientist originally from Australia. They have two children: son Alex is 12, daughter Stephanie is nine.

His home club – Wigan – had six swimmers on the Olympic team in 1984. He learned by watching them what it takes to be successful on the world stage.

“Athletes have got to have a commitment to what their goals and ambitions are,” he says. “If an athlete identifies their goals, along with their coach we can work out what they need to do to achieve them. There may be setbacks along the way but sometimes coaches and athletes have got to find a way to make it happen. If they’re committed and honest they will stand a good chance in aspiring to reach their goals.”

Atkinson will be based at Swimming Canada’s national office in Ottawa, but he expects to rack up plenty of frequent flyer miles.

“My plan is that I will get out to see each of the (five National Swim Centre) coaches initially and start to get a feel for what they’re doing, how they work and how those centres operate,” he says. “It’s just about gathering information initially, then the main focus will be to build the team towards the World Championships in Barcelona whilst also establishing plans for the quad to Rio.”

He will also work closely with National Junior Coach Ken McKinnon. The pair met at a coaching conference in 2006 and hit it off immediately.

“His work with the coaches and the advice he offered was always positive and practical. We’ve stayed in touch ever since,” McKinnon says. “I’m looking forward to working closely with him to further develop swimming in Canada."

Atkinson is anxious to see Canada’s top swimmers in the water. He believes in learning from every person and situation and he plans to maintain open communication with athletes, coaches and staff from coast to coast.

“Everybody’s allowed an opinion, whether that be coaches, athletes or myself. In an open, supportive environment, I think that can work towards people achieving high performance,” he says. “You have to work on making it happen. That’s part of my plan where I’m getting out, seeing the centre coaches initially and after trials I’ll get out to see more people. That builds the trust and bond with coaches, athletes, team members, support staff. It builds that working relationship so when you’re together on Day 8 of the World Championships or the Olympic Games, people have that trust in each other and you can build that team.

“That comes in time. It doesn’t just happen but it will come over a period of time and I think it’s very important.”
 

Swimming Canada Conference Call

 
What: Swimming Canada conference call to introduce new High Performance Director

Who: John Atkinson, incoming High Performance Director, former National Performance Director (Paralympic) for British Swimming. Atkinson officially assumed his new role Monday and will be available for media questions.
 
When: Wednesday, March 6, 11 a.m. ET (Please note this will be Atkinson’s only media availability in the near future due to scheduling demands of his new position)

Call info: 1-866-931-6567, PIN 4365361#
 
For further information please contact:
Nathan White
(613) 866-7946
nwhite@swimming.ca

 

 

Le nouveau directeur de la haute performance apporte une approche prouvée d’Angleterre

 
OTTAWA – John Atkinson a connu plusieurs faits saillants au cours de sa carrière de 12 ans avec British Swimming.

Parmi les avantages mémorables: être assis en compagnie du Prince Harry au cours d’une session préliminaire du matin lors des Jeux paralympiques de 2012 à Londres. Le Prince n’était pas là uniquement pour une occasion de photo. Atkinson, qui était directeur national de la performance (paralympique) de l’équipe d’Angleterre, dit qu’il a montré un intérêt marqué dans l’équipe.

«Que ce soit les athlètes, les entraîneurs ou le personnel, il a passé du temps avec chacun d’eux. Ce fut un plaisir absolu de l’avoir avec notre équipe ce matin-là. Ce fut quelque chose dont les nageurs ont vraiment profité et il a eu un gros impact sur l’esprit d’équipe sur ce que nous faisions à Londres», dit Atkinson.

Les paranageurs d’Atkinson ont remporté 39 médailles chez-eux. Sa période avec British Swimming a aussi inclus huit années avec le programme olympique, culminant avec six médailles aux Jeux olympiques de 2008 à Beijing. Maintenant, l’homme âgé de 45 ans originaire de Chorley, dans le Lancashire, en Angleterre, relève un nouveau défi en tant que directeur de la haute performance de Natation Canada. Il planifie appliquer la même philosophie qu’il a utilisé pendant toute sa période en Angleterre.

«Si nous pouvons faire que les gens s’améliorent, nous aurons du succès et cela se transformera en médailles», dit Atkinson quand on lui demande comment il mesure le succès.

Le plan stratégique Vision 2020 de Natation Canada fait de la performance mondiale dominante la principale priorité pour le Canada. L’objectif du Canada est de se classer parmi les huit premiers pays qui gagnent des médailles aux Jeux olympiques et paralympiques de 2016 à Rio de Janeiro et parmi les six premiers en 2020. Pour Atkinson, tout est dans la procédure. Si quelqu’un veut s’améliorer, les médailles viendront d’elles-mêmes.

«Nous savons quelles sont les cibles. Mais je ne me présenterai pas devant l’équipe pour parler de gagner un nombre spécifique de médailles. Bien sûr, c’est ce que nous viserons faire, mais comment nous y parviendrons n’est pas en disant ‘Vous gagnerez X nombre de médailles’ et créer du stress, explique Atkinson. Qu’importe ce que les nageurs font cette année aux essais à Victoria (3-6 avril), pour moi nous devons parler à eux et à leurs entraîneurs sur comment nous nous améliorerons ensuite aux championnats du monde à Barcelone (19 juillet-4 août). Je ne parle pas de comment nous allons gagner des médailles, je parle de comment nous pouvons nous améliorer, dit-il. Comment l’équipe travaille, agit et réagit est important, donc un objectif serait de devenir le pays le plus professionnel aux championnats du monde et l’équipe nationale la plus professionnelle au Canada.»

Le DG provisoire de Natation Canada Ken Radford est heureux d’avoir Atkinson à bord.

«Ce sera une période excitante pour Natation Canada et nous sommes heureux d’avoir John qui se joint à notre équipe de leadership, dit Radford. Il a un historique de meneur décisif et une réputation pour avoir une approche structurée et de responsabilité dans tout le système. Nous croyons vraiment qu’il nous apportera un solide leadership qui profitera à nos entraîneurs et à nos athlètes alors qu’il s’attaquera aux défis qui nous attendent.»

«Désir inassouvi»
Atkinson a nagé en compétition jusqu’à 18 ans quand il a commencé à entraîner pour réaliser un «désir inassouvi» d’être impliqué dans le sport aux plus hauts niveaux. Son curriculum vitae inclut, entre autres, six années de travail en Australie et un arrêt dans la Manche à l’Île de Jersey. C’est là qu’il a rencontré sa femme depuis 19 ans, Victoria, une scientifique environnementale originaire d’Australie. Ils ont deux enfants: leur fils Alex a 12 ans, leur fille Stephanie en a neuf.

Son club local – Wigan – avait six nageurs dans l’équipe olympique en 1984. Il a appris, en les regardant, ce qu’il faut pour avoir du succès sur la scène mondiale.

«Les athlètes doivent s’engager envers ce que sont leurs objectifs et leurs ambitions, dit-il. Si un athlète identifie ses objectifs, avec son entraîneur nous pouvons travailler sur ce qu’ils doivent faire pour les atteindre. Il peut y avoir des contretemps en cours de route, mais quelques fois les entraîneurs et les athlètes doivent trouver une manière pour que les choses se produisent. S’ils sont engagés et honnêtes, ils auront une bonne chance de réaliser leurs objectifs.»

Atkinson sera installé au bureau national de Natation Canada à Ottawa, mais il s’attend à accumuler fréquemment des milles aériens.

«Mon plan est que j’irai d’abord rencontrer chacun des (cinq centres nationaux de natation) entraîneurs et commencer à comprendre ce qu’ils font, comment ils travaillent et comment ces centres fonctionnent, dit-il. C’est simplement d’abord une question de recueillir de l’information, ensuite le principal objectif sera de bâtir l’équipe pour les championnats du monde qui auront lieu à Barcelone tout en établissant aussi des plans pour la période quadriennale d’ici Rio.»

Il travaillera aussi en étroite collaboration avec l’entraîneur national junior Ken McKinnon. Les deux se sont rencontrés lors d’une conférence d’entraîneurs en 2006 et se sont immédiatement bien entendus.

«Son travail avec les entraîneurs et les conseils qu’il a donnés ont toujours été positifs et pratiques. Nous sommes toujours restés en contact depuis, dit McKinnon. J’ai hâte de travailler en étroite collaboration avec lui pour développer davantage la natation au Canada.»

Atkinson est anxieux de voir les meilleurs nageurs du Canada dans l’eau. Il croit en apprendre de tout le monde et de toutes les situations et il planifie maintenir une communication ouverture avec les athlètes, les entraîneurs et le personnel d’un océan à l’autre.

«Tout le monde a droit à une opinion, qu’il soit entraîneur, athlète ou moi. Dans un environnement ouvert et de soutien, je pense que cela peut conduire à ce que les gens atteignent la haute performance, dit-il. Vous devez travailler pour que les choses se produisent. Cela fait partie de mon plan que je sorte, que je vois d’abord les entraîneurs des centres et, après les essais, j’irai rencontrer d’autres gens. Cela bâtit la confiance et les liens avec les entraîneurs, les athlètes, les membres de l’équipe, le personnel de soutien. Cela bâtit les relations de travail pour que, quand vous êtes ensembles lors du jour 8 des championnats du monde ou des Jeux olympiques, les gens aient cette confiance les uns dans les autres et vous pouvez bâtir cette équipe.

«Cela vient avec le temps. Cela n’arrive pas simplement comme cela, mais cela viendra avec le temps et je pense que c’est très important.»
 

Appel conférence de Natation Canada

 
Quoi: Appel conférence de Natation Canada pour présenter le nouveau directeur de la haute performance

Qui: John Atkinson, le nouveau directeur de la haute performance, ancien directeur national de la performance (paralympique) pour British Swimming. Atkinson a officiellement  débuté dans ses nouvelles fonctions lundi et sera disponible pour répondre aux questions des médias.
 
Quand: Le mercredi 6 mars à 11h00 HE (veuillez prendre note que ce sera la seule disponibilité médiatique d’Atkinson dans un proche avenir à cause des exigences dans l’horaire de son nouveau poste)

Information pour l’appel: 1-866-931-6567, NIP 4365361#